Photos Table-ronde du 29 mars 2017

Fidèles au rendez-vous, les juristes africanistes se sont retrouvés mercredi 29 mars 2017 pour débattre autour du thème suivant : Quelle fiscalité pour le système informel en Afrique ?  

Cette table-ronde a été organisée par le Pôle Droit Fiscal, sous la direction de M. Moïse GNAKOURI.

Elle a été l’occasion de nous réunir autour d’un verre et de débattre de la question de l’imposition des activités économiques informelles. En effet, représentant entre 30 et 50% du PIB des Etats africains (voire plus pour certains Etats), le secteur informel est de loin le plus grand pourvoyeur d’emplois en Afrique (environ 80% des travailleurs sont issus du secteur informel). Malgré cette importance dans l’économie africaine, l’imposition du secteur informel reste dérisoire, ce qui affecte considérablement les recettes fiscales des pays concernés.

S’il est clair qu’un système fiscal calqué sur celui des entreprises formelles est inadapté au secteur informel (notamment en raison de l’absence de comptabilité régulière), le besoin de financement des Etats africains et la nécessité d’une meilleure mobilisation des ressources fiscales obligent les administrations fiscales à se tourner vers le secteur informel pour une contribution plus équitable. 
Nous avons accueillis un intervenant :
  • Monsieur Moïse GNAKOURI, Doctorant en droit fiscal, Université de Louvain (Belgique) ;